)

Hépatite

  • Hépatite

    Hépatite

    L’hépatite correspond à une inflammation du foie due à des substances toxiques. Elle peut être aiguë ou chronique (persiste plus de 6 mois). Il existe de nombreuses sortes d’hépatites ; elles peuvent être virales (classées de A à G). Il existe aussi une hépatite alcoolique, une hépatite médicamenteuse (liée à un surdosage de médicaments) et une hépatite auto-immune.
     
     
    L’hépatite virale

    L’hépatite virale est liée à l’infection du foie, plus particulièrement les cellules du foie nommées hépatocytes, par un virus. Le virus atteint le foie et se multiplie dans les hépatocytes. Les cellules infectées sont ensuite détruites par les défenses immunitaires de l’organisme provoquant ainsi l’inflammation du foie.

    Les symptômes se manifestent par l’apparition d’un ictère (jaunissement de la peau et des yeux), des douleurs abdominales avec nausées et vomissements, une fatigue et des urines foncées. Ces symptômes sont communs à toutes les hépatites virales.

    L’hépatite virale peut conduire à des complications comme la cirrhose et le cancer du foie.

    Aucun médicament ne permet de traiter une hépatite aiguë à ce jour.

    Il existe des produits dits hépato-protecteurs (c’est-à-dire qui peuvent protéger le foie) mais leur efficacité  n’est pas démontrée. Pour l’hépatite B, l’Interféron-alpha et des médicaments antiviraux  sont utilisés, mais le traitement est très onéreux. En général,  le système de défense de son organisme va naturellement éliminer le virus. Mais tant que le virus est présent, les liquides et sécrétions (sang, sperme, sécrétions vaginales, salive) sont contagieux. Lorsque le patient guéri, celui-ci est immunisé à vie contre le virus.
     
     
    L’hépatite alcoolique
    C’est une affection sévère du foie en lien avec une toxicité de l’alcool.

    L’alcool entraîne une mort cellulaire provoquant des lésions irrémédiables du tissu hépatique jusqu’à une destruction des structures du foie pouvant entraîner la mort.

    La seule solution pour le traitement est le sevrage alcoolique avec une cure de désintoxication pour pouvoir prévenir le délirium tremens et la vitaminothérapie. Dans les cas les plus graves, l’hospitalisation en soins intensifs est nécessaire.
     
     
    L’hépatite médicamenteuse

    Il existe de nombreux médicaments qui peuvent avoir des effets néfastes sur le foie. Une fois dans le sang, les médicaments passent par le foie. Ce passage hépatique active le médicament. Néanmoins, le surdosage de certains médicaments peut conduire à des lésions des tissus hépatiques, à un blocage de la bille, ou les deux.

    Il  faut  donc se montrer très vigilant lors de la prise de médicaments et demander conseil à son médecin avant la prise d’un traitement. Si des symptômes d’hépatite (urines foncées, fièvre, nausées…) apparaissent, il ne faut pas hésiter à se rendre chez son médecin.
     
     
    L’hépatite auto-immune

    L’hépatite auto-immune est une maladie rare qui représente seulement 6 % des hépatites chroniques. Elle se caractérise par la présence d’auto anticorps.

    Le traitement envisagé est le plus souvent les corticoïdes. Les corticoïdes sont efficaces dans 85 % des cas environ. On peut prescrire aussi des immunosuppresseurs. Si tout cela ne fonctionne pas, une transplantation hépatique peut être envisagée.

     

    Dr Lincoln MONSOH

    PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone

    Laisser un commentaire

    Champs obligatoires *